Pogromes en Palestine Un anarchiste israélien sur la résistance juive à l'état d'Israel

Date:

Un anarchiste israélien sur la résistance juive à l'état d'Israel
La couverture médiatique des pogromes meurtrier lancé par l'état d'Israel contre les palestiniens laisse de côté une partie de l'histoire. Les soit disant "processus de paix" comme celui d'Irlande du Nord sont basé sur l'institutionalisation du sectarisme plutôt que sur son abolition. Il y a des citoyen-ne-s d'Israel et de Palestine, d'origine juive comme musulmane, qui recherchent quelque chose d'autre que les deux états sectaires rivaux. Ironiquement, l'idéologie derrière les pogromes est le sionisme - la croyance que les juifs ne seront à l'abris des pogromes que dans un pays dirigé par des juifs.Indymedi Israel* a rapporté qu'un certain nombre de manifestations conjointe, incluant "4 000 juifs et palestiniens-israeliens se sont rassemblés à Haifa le soir du 21 octobre pour un rally sous le slogan "Pour une paix juste et la pleine égalité"". L'article dit que "les orateurs, entre autre point, ont appelé à la fin de l'occupation d'Israel de la Bande de Gaza et des autres territoires occupés, le retrait de tous les colons, et la fin des tirs de l'armée israelienne, sanctionnés officiellement, contre des civils palestiniens désarmés dans les territoires occupés et en Israel, et la pleine égalité entre les israeliens juifs et palestiniens". Nous avons parlé avec Ilan shalif, un anarchiste israelien qui est actif depuis plusieurs années dans "une opposition de principe persistante au sionisme".

"Avant l'actuelle ronde de pogromes, environ 200 israeliens étaient réellement actifs - principalement autours de manifestations liés à la démolition de maisons palestiniennes. Dans les deux dernières grosses manifestations contre la suppression des palestiniens, il y avait environ 500 personnes. Parmis les 500, moins de 50 peuvent être regardé come très radicaux. Ces 50 inclus des anarchistes et d'autres communistes libertaires."

"Jusqu'à il y a peu, le drapeau de gauche antisioniste était levé seulement par le groupe communiste libertaire Matspen, et nous ne furent jamais plus de 30 militants - juifs et palestiniens. En 1972, un de nos membres fut le premier à résister à la conscription à partir d'une position antisioniste. Cette lutte fut à l'origine de résistance politique subséquente à la conscription et au refus de servir dans les régions occupés."

"En février 1968, quand nous avons eu la première manifestation contre la guerre de 1967, seulement 19 personnes y ont participés - incluant un membre du Parti communiste** qu'ils ont essayé d'expulser à cause de ça. Même lors des manifestation de mai 1970 du Parti communiste auquel nous avons participés, ils nous ont menacé de nous attaquer si nous n'arrêtions pas de crier "À bas l'occupation". Cependant, juste après la guerre du Liban de 1982, le mouvement anti-occupation fut finalement rejoint par la gauche sioniste. "

Un facteur dont les gens ne sont pas au courant en Israel et à l'étranger est le changement dans le rapport de force à l'intérieur de la classe dirigeante en Israel. Les capitalistes qui veulent exploiter les travailleurs palestiniens et les travailleurs des pays voisins du tiers-monde arabe commence à gagner une hégémonie sur les vieux capitalistes et bureaucrates sionistes.

"Également, les récentes manifestation des palestiniens israéliens sont enracinées dans un processus contradictoire. Premièrement, le moral des palestiniens est pas mal plus élevé à cause de la défaite du projet sionistes; plus clairement le fait qu'ils soient forcé de se retirer d'une partie des terres occupées. Deuxièmement, le statut légal des palestiniens israeliens est passé d'à peine légal et de la crainte de l'expulsion à un statut de citoyen de seconde zone. Plusieurs sont désillusionnés du petit état (statelet) palestinien et ont commencé à préférer même une citoyenneté de seconde zones d'Israel, et donc leur lutte pour la citoyenneté pleine et entière s'est augmenté immensément."

"La seule solution à court terme qui serait capable de stabiliser la région est la fin des occupations de 1967 - une solution acceptable pour la majorité des palestiniens, une solution au problème des réfugiés, et l'égalité pour les israeliens palestiniens. Aussi longtemps qu'Israel utilisera son pouvoir pour forcer les palestiniens à la soumission en les terrorisant, aucune stabilité n'est possible.

"Dans le plus long terme, Matspen avait adopté dans les années 1960 la position que le conflit entre les colons sionistes et le autochtones palestiniens ne pouvait être résolu que par un moyen-orient socialiste (i.e. communiste libertaire) et non pas seulement par un arrangement entre les juifs et les palestiniens israeliens. Le nom de notre nouveau groupie, le "Collectif anarchiste de la Méditerranée orientale" reflète cela. Le terme géographique "l'est de la mer Méditerranée" est libre de toute couleurs sionistes israelienne ou nationaliste palestinienne. C'est également différent du terme eurocentriste "moyen orient" ou "proche orient". En plus, sa signification en arabe est "ta mère".

* http://indymedia.org.il

** "Le Parti communiste ne s'est jamais opposé à la " guerre d'indépendance " de 1948 (qui a formé l'état d'Israel), en fait Staline la supportait. "

[Extrait du numéro 61 de Worker Solidarity, un journal anarchiste irlandais publié par le WSM. http://surf.to/anarchism Traduction : Nicolas Phebus pour A-Infos]

Like what you're reading?
Find out when we publish more via the
WSM Facebook
& WSM Twitter